La COMECE et la CEC considèrent le Socle Européen des Droits Sociaux  comme un pas décisif vers l'Economie Sociale de Marché européenne. Elles saluent donc le consensus de haut niveau établi par la proclamation conjointe du Parlement, du Conseil et de la Commission.

Elles encouragent l'Union Européenne et ses États Membres à traduire le document en actions concrètes, impliquant tous les partenaires - y compris les organisations confessionnelles et religieuses - afin de créer un marché intérieur approfondi et plus équitable, pour une Europe plus sociale et au bénéfice de tous les citoyens de l'Union Européenne.

La COMECE et la CEC estiment que les inégalités économiques et sociales persistantes, ainsi que les transformations qui s'opèrent dans le monde du travail, ne peuvent être affrontées que par un effort européen commun, non seulement formel, mais concret et tangible, fondé sur les valeurs de justice et de solidarité.

Comme l'a souligné le pape François lors du dialogue organisé par la COMECE (Re)Thinking Europe, «une Union Européenne qui, face aux crises, ne parvient pas à retrouver le sens d’être une seule communauté unie qui soutient et assiste ses membres [...], manquerait non seulement l'un des plus grands défis de son histoire, mais aussi l'une des plus grandes opportunités pour son propre avenir».

De même, la Conférence des Eglises Européennes a rappelé à toutes ses Eglises membres la vision d'une «maison européenne commune avec des valeurs communes partagées comme fondement», dont la justice et la solidarité sont une partie fondamentale.

La COMECE et la CEC ont contribué dès le début au Socle Européen des Droits Sociaux en publiant des déclarations en faveur d'une Economie Sociale de Marché européenne telle que prévue par les traités européens et en participant avec leurs partenaires à la consultation publique lancé en mars 2016 par la Commission.