L'intrusion de la diversité culturelle sur le terrain sacralisé d'une culture nationale est souvent mal vécue: elle insécurise le besoin d'appartenance des individus. Pourtant elle permet de faire vivre et de féconder ce bien commun de fond en créant une tension propre à en révéler les capacités d'adaptation et la créativité. Les lieux d'expression ou de mise à disposition culturelle que sont la danse ou la bibliothèque sont confrontés à cette tension créatrice ressentie avec intensité par notre société. Marianne FEDER, conseillère à la Maison de la Danse, et Gille EBOLI, directeur de la Bibliothèque de Lyon, partagent leurs ressentis et leurs réponses.