« Tout change, une seule  chose ne change pas : le changement » Confucius, déjà, au VI° siècle avant Jésus Christ. Dans notre société actuelle,  qui change rapidement, nos liens, locaux ou sociaux, changent aussi. Ce qui introduit des mouvements sociaux divers, et souvent anxiogènes pour les plus faibles. Alors , comprendre pour agir.

En reprenant cette proposition* de René Dubos ( agronome français, 1972)  et  adoptée par le Sommet de la terre, à Rio, en 1992,  refaire quelle société ?

  • school-strike-4-climate-4057683_640

    Notre environnement change tous azimuts
  • changements physiques préoccupants : climat,  sécheresse,  déficit en eau , pollution de l’air, disparition des abeilles et de la diversité biologique, rues piétonnières, déforestation, pistes cyclables,  végétalisation d’espace dans les villes ,  recyclage des eaux usées , réchauffement des océans (GIEC) ,  événements météo extrêmes …
  • changements techniques ambivalents  :  téléphone portable, internet, vélos électriques,  VTC, crypto-monnaies (bitcoin, ether, libra), moteurs de recherche, mini ordinateurs économes en énergie, enceintes connectées, messagerie instantanée, voitures électriques, bus à hydrogène , énergies renouvelables, agriculture biologique …
  • changements économiques et sociaux  ambigus :   pouvoir d’achat , baisse des impôts,  montant des retraites, consommation  bio : moins de viande ,  déplacements et coût des carburants ,  auto entrepreneurs, Ubérisation des livraisons,  lycée et réforme du bac, programmes scolaires, accueil des migrants , CDD très courts …

    et  puissance des géants du numérique, prééminence de la finance,  croissance des mini-jobs, diminution du poids des syndicats, importance de la vie associative, développement des réseaux sociaux, changement dans les pratiques religieuses, croissance de la violence verbale, mobilisations locales ou ONU pour le climat  …

  • des changements politiques : Union européenne et Brexit,  tensions entre les GAFA et les Etats, intercommunalité, rapport de forces des partis, Gilets jaunes , black bloc … 49% des maires ne voulant pas se représenter, fiscalité locale, grands débats sur les réformes ….

     et juridiques :  ex loi sur la bio éthique ; loi sur les retraites, loi 80 kms/h, indemnisation du chômage,  accueil des migrants (AME), loi sur la flexibilité de l’emploi…   

  • Nous-mêmes, nous changeons   dans notre façon d’être humain

Nous sommes quotidiennement au cœur de ces situations et mouvements qui donnent parfois  le tournis et qui révèlent des inégalités croissantes, inquiétantes .

  • changements de comportements :  robots ménagers divers,  micro travail à partir de chez soi,   vie conjugale,  instabilité des couples, , divorce, PACS, PMA, covoiturage, cohabitation … organisation des vacances, orientations des enfants, courses au super marché ou à l’AMAP, calcul de la fin de mois , gaspillages…

- achats  par les réseaux sociaux, précarisation,  vie associative de quartier , rencontres religieuses

- contact des administrations ou grands services par réseau mail : tapez 1, tapez 2…

  • changements de mentalité

Prise de conscience que toute cette ‘’modernité’’ (du collectif à l’autonomie individuelle) nous  conduit dans le mur, si… tout continue de cette manière.

Des sentiments de contraintes et des insécurités - pas toujours corroborés par les faits -  bousculent notre façon d’être ‘’humain’’ ;  nos exigences de justice et d’immédiateté :

    le changement insécurise…   et nous avons le sentiment de passer d’une société sûre à une situation d’insécurité sociale, pour notre avenir et celui de nos descendants. La crainte nourrit la violence plutôt que la coopération et la responsabilité,  appel à la bienveillance ...

    les plus défavorisés,  dans les territoires ou dans les groupes sociaux ( nous ou autour de nous) sont marginalisés et en situation de précarité.  La perte de confiance en soi accompagne la perte de confiance dans les autres et dans les institutions ( Etat, Ecole, Eglises…).

    La sécurité que nous attendons des pouvoirs publics  entre en conflit avec la liberté personnelle  sur les données personnelles qui nous concernent ; ce qui nourrit la défiance envers les institutions (Etat, école, églises…).

Ces valeurs, liberté, sécurité, respect, confiance, justice, bienveillance, responsabilité, coopération, etc.. sont à refonder par des liens renouvelés.

  • Faire des liens pour faire société ?

Le ‘’lien social ‘’  c’est l'ensemble de nos appartenances, des relations personnelles ou institutionnelles qui nous unissent soit à d’autres personnes , soit à des groupes sociaux. « Le lien social représente la force qui lie entre eux les membres d’une famille, d'une communauté sociale, d'une association, d'un milieu social. » dictionnaire.

        Regarder le positif - Dans les contextes ci-dessus s’exercent une multitude de gestes de solidarités individuelles et collectives. Des initiatives voient le jour. Elles dessinent un avenir possible et plus humain. Il nous faut déjà les repérer, les partager, les communiquer, les relier, localement.

                  Vouloir résister globalement contre ‘’le tout possible tout de suite’’. Résister, c’est développer son esprit critique sur la toute puissance de la technique pour apporte le bonheur…

                  Agir dans la vie  institutionnelle et aussi dans la vie locale, associative, ecclésiale… avec plus de: confiance, solidarité, initiative, responsabilité, confiance en soi et dans l’autre.. Ce qui commence par la rencontre, le dialogue, la confrontation des idées et des positions ; courage de vivre aujourd’hui.

    Proposer  une perspective spirituelle,  que des croyants partagent

  • "Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, …….- sont - celles des disciples du Christ" (Gaudium et spes – Vatican II). Le Christ a pris ce chemin de la proximité  dans sa vie et son enseignement ; il nous invite à le suivre, dans cette voie de  la rencontre et du partage.
  •  ‘’ Servir  les besoins profonds de l’homme’’ est une façon de vivre l’amour

 « En ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples si vous vous aimez les uns les autres » (Jean 13.35), Les chrétiens ne peuvent pas former de souhait plus vif que celui de rendre service aux hommes de leur temps, avec une générosité toujours plus grande et plus efficace. Aussi, dociles à l’Evangile et bénéficiant de sa force, unis à tous ceux qui aiment et pratiquent la justice, ils ont à accomplir sur cette terre une tâche immense…» Gaudium spes 93.1

  • « L’humanité sauvée, c’est une humanité réconciliée et cette réconciliation se fait dès maintenant quand nous travaillons à l’humanisation de l’homme. Quand nous travaillons à l’humanisation de l’homme, nous travaillons au salut de l’humanité. » Joseph Moingt, théologien.                                                                                                                                                               Antenne sociale , commission faits de société

                                                                                                                        Etienne FAUVET,    octobre 2019