Cela semble un grand écart d’associer nos élections municipales, à tonalité d’abord locale, et l’Europe, cet ensemble souvent perçu comme un peu nébuleux et lointain.

photo_c

Et pourtant…

  • N’oublions pas que tout citoyen de l’Union Européenne résidant dans notre pays y a à la fois le droit de vote et la possibilité d’être élu Conseiller municipal, même si les fonctions de maire et d’adjoint au maire lui sont interdites. On a vu, dans la perspective du Brexit, de petites communes du Sud-Ouest s’inquiéter de voir certains conseillers municipaux britanniques, très actifs, ne pas être éligibles aux prochaines élections.
  • Moins connus, et pourtant bien réels sont les financements européens de projets locaux, via des instruments comme le Fonds Européens de Développement Régional (FEDER), visant plus particulièrement les projets innovants, les programmes relatifs aux Nouvelles Technologies de l’Information, la compétitivité des PME, mais aussi l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Quelques exemples proches de nous : le FEDER est intervenu à hauteur de 30 à 55% pour un plan numérique dans les écoles de Vaulx-en-Velin, pour la requalification expérimentale de la lône de Pierre-Bénite, pour la réhabilitation énergétique de 90 logements à Décines, pour la rénovation thermique de la MJC de Bron, etc… sans parler de projets plus importants comme la rénovation de la gare de la Part-Dieu.
  • Même si les fonds européens à vocation sociale sont appelés à être restructurés à compter de 2021, les Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis (FEAD) aident considérablement les associations dans le financement de leurs opérations de distribution alimentaire avec une enveloppe de 3,8 Milliards d’Euros sur la dernière période septennale de budget. Le quart des denrées alimentaires distribuées par les Restos du cœur est ainsi financé.
  • Si le programme Erasmus est un succès avéré, bien perçu des jeunes étudiants et apprentis européens, il est souvent complété par les collectivités locales pour aider au financement de la vie dans un pays étranger, ce qui est loin d’être négligeable pour un jeune vivant loin de ses attaches.
  • N’oublions pas non plus les sections européennes des lycées et les échanges qui s’organisent entre nos collèges et lycées et des établissements d’autres pays européens, éduquant ainsi nos enfantsà l’ouverture dès leur scolarité.
  • Les collectivités locales sont souvent parties-prenantes de jumelages, qui au-delà de l’aspect touristique peuvent permettre une meilleure connaissance et des coopérations. Elles peuvent aussi s’impliquer dans le financement des Maisons de l’Europe, qui contribuent à diffuser une vision plus large et plus équitable de l’Europe, sur laquelle se défaussent trop souvent les décideurs politiques quand ils sont critiqués par leurs concitoyens.
  • Symboliquement, la présence du drapeau européen sur nos édifices publics est un rappel de notre engagement collectif européen

Tous ces domaines constituent des terrains d’action pour les Conseils municipaux. Et nous, électeurs, pourquoi ne pas tenir compte de l’ouverture des candidats sur les sujets européens ?

Commission Europe de l'Antenne, février 2020