jeans-316778_640

Les communes sont des lieux privilégiés pour développer une démocratie qui ne laisse personne de côté. Pour ces élections municipales, le Mouvement a voulu s’appuyer sur les initiatives locales réalisées afin que personne ne soit oublié, et sur l’expertise de personnes engagées dans la vie de leur commune. Deux journées de réflexions avec des militants Quart Monde, des alliés et des volontaires permanents ont permis de déterminer ce qui tient à cœur à ATD Quart Monde, dans un contexte d’urgence climatique et sociale

ALLER AU-DEVANT DES CANDIDATS

L’objectif est d’encourager les membres du mouvement à dialoguer avec des candidats, à participer à des réunions publiques et à aller à la rencontre de personnes qui ne croient plus en la politique. «  Il y a beaucoup de gens qui n’iront pas voter car ils ne sont pas réconciliés avec les politiques, ils n’y croient plus, ils ont l’impression qu’on les noie plus qu’on les aide. C’est important d’aller au-devant des candidats et de les convaincre, pour qu’ils aillent à la rencontre des jeunes, qu’ils entendent ce que les jeunes veulent, ce qu’ils ont envie de porter, et leurs besoins réels », explique ainsi Doris, militante Quart Monde à Lyon. Cette période électorale est donc l’occasion d’échanger et de faire des propositions dans un souci de dialogue réel, pour que les choses changent dans nos communes.

Les propositions d’interpellation et d’actions formulées par ATD Quart Monde sont basées sur 4 grands axes :

-          Pour une participation réelle de tous, afin de connaître la manière dont les candidats souhaitent faire participer réellement l’ensemble des habitants.

-          Pour des mesures écologiques qui profitent à tous, pour que dans le débat public, les personnes, en situation de pauvreté soient considérées comme partenaires et sources d’initiatives dans la lutte contre le changement climatique.

-          Pour un accès de tous aux droits fondamentaux, pour inciter les candidats à évaluer l’impact des politiques municipales sur les personnes les plus pauvres et connaître leurs projets en matière de logement, d’éducation, d’emploi ou de transport.

-          Pour une société créatrice de liens, qui n’exclut personne, avec des questions et des propositions autour de la qualité de la vie collective, de la participation de tous aux activités municipales ou de l’accueil des personnes migrantes.

Ces propositions sont à adapter au contexte local. Toutes doivent permettre un échange réel sur la manière de construire des villes qui disent non à la ségrégation sociale, à la discrimination pour raison de précarité et de pauvreté et qui font de la lutte contre les exclusions une priorité fondée sur le respect de l’égale dignité de tous les êtres humains.

Xavier Verzat et Denis Rochette, pour ATDQM