4 fois par an, l'Antenne aborde avec vous les sujets de société pour y déceler les chemins du Bien Commun et de la Dignité de la personne.

Salle SAINT IGNACE,
au 20 rue Sala, LYON 2ème
de 19h30 à 22h00

Petit mâchon,
suivi de la présentationpuis échange avec la salle.

11 octobre : l'Europe, un second souffle?

24 janvier 2018 : La Fin de Vie

> 14 mars 2018 : Ethique et Politique

16 mai 2018 : Culture/Cultures

 

 

 

La Fin de Vie: causerie avec Laure Marmilloud et Fabrice Toulieux

Le 24 janvier l'Antenne a invité un chercheur/juriste et une praticienne, pour évoquer les enjeux et difficultés de cette période de la vie si particulière qu'elle fait peur et conduit beaucoup à se fermer les yeux. Et pourtant, qu'il est important pour nous tous, de porter un regard lucide sur ce moment intime et inéluctable, qui nous concerne d'abord pour nos parents, et aussi pour nous mêmes !

 

L'Europe - des raisons d'espérer , avec Stefan LUNTE, de la COMECE

Alors que l’Europe, depuis son élargissement à l’Est, a vu son premier souffle éclater, elle peine à trouver son second souffle. Invité à exprimer ses raisons d’espérer, Stefan Lunte nous a d’abord longuement développé les raisons de ne pas être trop optimistes.

 

La démocratie en question

Invitée par les Mardis de l’Antenne ce 24 janvier 2017, l’ancienne élue régionale Anne-Marie Comparini dialogue avec Stéphane Longin, Directeur de RCF Lyon.

020717_1901_Ladmocratie1

A la définition juridique de la démocratie, Anne-Marie Comparini préfére celle du philosophe Paul Ricoeur. « Est démocratique, une société qui se reconnaît divisée, c’est-à-dire traversée par des contradictions d’intérêt et qui se fixe comme modalité, d’associer à parts égales, chaque citoyen dans l’expression de ces contradictions, l’analyse de ces contradictions et la mise en délibération de ces contradictions, en vue d’arriver à un arbitrage"

« Il faut le reconnaître, la méthode démocratique de débat existe au niveau des collectivités territoriales, détaille Anne-Marie Comparini. Une région ou un département travaille sur du concret. « En revanche, c’est peut-être lié à notre caractère français, cette façon de se parler ensemble n’existe plus à l’Assemblée nationale » regrette l’ancienne députée. « Et pourtant elle devrait y être. On pâtit d’autres problèmes: on fait trop de lois, des lois trop bavardes! »

« Depuis 50 ans et à chaque élection, j’entends qu’il faut changer le système… surtout ne touchons pas le système! Il a changé des dizaine de fois pour un résultat qui n’est pas très bon.« 
Anne-Marie Comparini met en garde « prudence, vouloir réformer l’organisation de l’Etat c’est un moyen de ne pas s’occuper des vraies questions! » Des questions qui touchent au travail ou à la régulation.

Face aux questions touchant à la professionnalisation de la politique, l’ancienne élue reconnaît qu’il faut limiter le cumul des mandats. « Si on veut bien faire son travail, ça prend la semaine, on ne peut pas cumuler! » Quant à la notion de démocratie participative, pour Anne-Marie Comparini « c’est même collaboratif aujourd’hui, il faut que le politique et les citoyens participent« . Mais « c’est sur l’action qu’on peut se rapprocher, il y a un chemin à explorer » précise-t-elle. Cela suppose aussi une meilleure participation de chacun aux scrutins électoraux.

On vit aujourd’hui un changement de monde « nous sommes au moment de l’articulation«  précise Anne-Marie Comparini pour qui il faut prendre en compte la dimension européenne et mondiale, ce qui peut rendre la prise de décision plus complexe. « Les élus n’ont pas oublié le bien commun, mais ils sont frappés par la complexité de notre monde."

« L’intérêt général doit être expliqué… mais ça ne fait pas gagner une élection!«  Pour Anne-Marie Comparini les corps intermédiaires sont nécessaires pour diffuser les idées nouvelles, une parole qui s’ajoute aux paroles des politiques. « J’ai l’impression qu’aujourd’hui le leader politique est seul pour parler, comme le disait Michel Rocard le citoyen a besoin de la pédagogie qui précède le dialogue et la décision.

Aujourd’hui Anne-Marie Comparini préside le Conseil local du développement de la Métropole de Lyon. Une expérience bien différente de ses précédents mandats: « J’ai vu un monde ancien, là je vois poindre ce qui sera le bien commun de 2020. (…) Carles jeunes bougent aujourd’hui, ils échangent des savoirs, s’entraident. » Pas question pour autant de parler de populisme « c’est simplement reconnaître une réalité: le politique aujourd’hui donne le chemin sur des sujets, notamment par la loi. Mais ce sont les acteurs qui vont la mettre en œuvre. Si on ne les a pas convaincus ils ne se mobiliseront pas pour agir!

« Ce qui est troublant aujourd’hui c’est cette forme de télévision qui tourne en boucle et la blogosphère: la parole est répétitive sans être en profondeur!«  déplore Anne-Marie Comparini. « On est informé partiellement, pour ne pas dire… partialement. » L’ancienne élue souligne aussi l’importance de l’éducation à la démocratie. « Les valeurs démocratiques c’est comme la paix, elles ne sont pas données une fois pour toute! » L’ancienne élue de droite regrette que les jeunes soient moins sensibilisés au passé et à l’Histoire. « C’est dommage, les pas qui ont été faits par d’autres que nous sont utiles et aident à comprendre."

Présentée par Stéphane Longin
Emissions Spéciales
La démocratie en question




 

La Transmission est-elle encore possibles ?

Cette réunion de rentrée posait une question majeure pour notre temps. Des savoirs, un fond culturel, des valeurs, il y a beaucoup à transmettre, et un vrai besoin humain de transmettre et de recevoir.
Cette soirée n’a fait qu’effleurer un sujet complexe, profond, et presque ambigu, entre nécessité vitale et abus de pouvoir. Le compte-rendu de 2p. PDF est téléchargeable en suivant le lien Transmission.
A la suite de cette soirée, un groupe est en train de se constituer pour approfondir: vous pouvez vous y joindre en adressant un mel à antennesociale@wanadoo.fr


Mardi - ECOLOGIE : Faut-il tout changer ?

C’est à une table ronde délibérément jeune pour un sujet d’avenir, que l’Antenne a convié son public. Et ce public n’a pas été déçu: une animation très pro par une jeune permanente de l’association lyonnaise ANCIELA, qui se donne comme mission d’activer l’engagement citoyen, des prises de position très nettes et directes, sans langue de bois, et des questions plus que pertinentes, jamais éludées. Ce sujet n’est pas près de s’épuiser, et notre jeunesse n’a pas l’intention de le laisser de côté.
Ecoutez ici l’ensemble des exposés de la table ronde (environ 1h) puis les questions-réponses avec la salle (encore 1h). Les premiers mots sont tronqués, il s’agit d’une présentation d’Anciela par l’animatrice Fanny: Mardi Ecologie 20160329 complet


Exhortation Amoris Laetitia
Intervention d’Oranne de Mautort,

directrice du Pôle Famille à la Conférence des Evêques, lors du Mardi de l’Antenne le 24 mai 2016
 
L’exhortation du pape n’apporte pas des solutions réglementaires à toutes les questions qui se posent. Elle invite plutôt à renouveler le regard, à changer d’attitude, en posant comme principe que la patience, le temps long, le dialogue doivent primer sur le conflit, la réactivité, les difficultés du présent, et que le vécu, le réel, les crises même, doivent servir de terreau à la réflexion. La notion de cheminement est clé, car la Parole de Dieu se fait compagne de voyage, la Grâce de Dieu ouvre des chemins de bonheur, l’amour se construit de façon artisanale, pas à pas, la capacité d’aimer demande maturation, et les familles vivent donc un parcours dynamique d’épanouissement, où l’on apprend à former  sa conscience et à discerner, à éduquer et à faire croître la liberté. Il ne faut donc pas craindre d’approcher les crises matrimoniales car non seulement les familles sont en besoin de soutien, mais elles sont les sujets actifs de la pastorale dans la culture propre qui est la leur. L’Eglise est une maison pour chacun, sans condamnation, et avec bienveillance. L’esprit de synodalité doit souffler encore pour que les fidèles, qui sont les véritables experts de la Famille, se saisissent du sujet et proposent à leurs évêques les gestes pastoraux adaptés.
Ecoutez Oranne de Mautort (46mn) : Mardi Famille 20160524

 


 

Mardi - Octobre 2105
Les réfugiés : accueillons ! Comment ?

L’Antenne n’a aucun doute là-dessus : les réfugiés, reconnus comme tels par notre pays, par la communauté internationale, doivent être accueillis et protégés. Cela ne se discute pas.
Au moment où les administrations publiques se crispent devant l’ampleur des mouvements de population, des citoyens ont envie de bouger, de faire leur part, mais comment faire pour être utile, et éviter de commettre des maladresses?
Plus de 150 personnes se pressaient dans les locaux trop petits de la rue Sala pour entendre les conseils du père Bruno_Marie Duffé, et de Laurent Delbos, représentant Forum-Réfugié. Effectivement l’engagement n’est pas simple, mais on peut agir, chacun à sa mesure.
.
Téléchargez ici les Notes du Mardi 20 octobre sur Accueil des Réfugié


 

Mardi - Mai 2015
Dialogue Islamo-chrétien

L’Antenne Sociale de Lyon proposait ce dialogue le 19 mai 2015, à l’Espace St Ignace, rue Sala, en invitant
Azzedine GACI, recteur de la mosquée Othmane de Villeurbanne
Christian Delorme, prêtre du Prado, diocèse de Lyon.

François Pillard, qui animait la soirée a proposé aux deux intervenants de répondre à ces 4 questions :
1) Quelles sont les références communes entre l’Islam et le Christianisme ?
2) Quelles sont les différences irréductibles entre les deux religions ?
3) Est-ce que le dialogue inter religieux n’est pas « pollué » par du non religieux ?
4) Quelles sont les voies d’espérance que vous voyez dans ce dialogue?
La salle était aux limites de sa capacité, le débat s’est déroulé de façon courtoise, amicale même, et en restant néanmoins clair et ferme sur les positions respectives, ce qui ne pouvait qu’jouter à l’intérêt pour chacun. En fin de soirée, l’assistance a pu poser quelques questions, et notamment celle, souvent difficile, des mariages mixtes.
Un ami des Missions Africaines de Lyon était dans la salle, il a bien voulu nous partager son compte-rendu sur le Dialogue islamo-chrétien. Nous le remercions sincèrement.
Pour l’Antenne, Jean Vetter a également pris ces Notes sur le dialogue Gaci-Delorme
L’évènement vaut bien de croiser les écoutes, merci à tous deux.


Mardi - Janvier 2015
Etre parent aujourd’hui : quel vécu ?

Ce deuxième mardi de l’Antenne tentait de relever un défi de taille : faire parler de la parentalité, sujet intime et mystérieux s’il en est, des personnes qui ne se connaissaient pas, en essayant de déceler sous des cas tous particuliers, des lignes de force assez générales pour témoigner aussi d’un fait de société. Une cinquantaine de personnes se sont prêtées à l’exercice, avec des attentes diverses, et les mots de leur vécu.
Etre parent, devenir parent, choisir de l’être, ou accepter de le devenir parce qu’il y a attente, confiance, appel et mission à assumer. Toutes les expériences sont uniques et originales, le modèle type n’existe pas. Pas question d’avoir tout juste à l’école des parents. Et des questions à n’en plus finir. Quel temps laisse-t-on aux parents pour développer leur parentalité, qui les transforme autant qu’elle forme les enfants ? Comment prendre les conflits ? Ils sont aussi des occasions de grandir. Est-on vraiment seul dans cette barque ? La parentalité est une relation à deux, où l’on cherche à s’accorder. Et c’est aussi une fonction sociale, qui véhicule de façon inconsciente tout un système de valeurs.
Bien sûr, chaque participant avait les attentes dictées par son histoire propre, qu’il était impossible de satisfaire. Mais l’essentiel émerge de la variété des remarques : la parentalité ne se laisse pas enfermer dans une liste de compétences, dans une définition pauvre. Elle est par essence un chemin de questionnements sans fin, sur soi et sur la relation qu’on construit avec un enfant et toute une société qui observe, censure ou soutient.
Téléchargez ici les notes du Mardi 13 janvier saisies au vol (2p.PDF)