Dignité


Qu’’est ce que c’’est ?

La dignité est une valeur intégrée dans de nombreuses cultures, mais qui paradoxalement n’’est pas facile à définir….
La dignité de la personne se suppose d’’abord dans l’’altérité : on n’est pas digne tout seul mais en regard d’’un autre ! Avec cet autre, au-delà de nos différences (âge, culture, capacités…) nous nous reconnaissons tous les deux appartenant à la même communauté : celle des êtres humains. Cette même appartenance nous confère une égale dignité.

Agir en dignité ?

Respecter, c’’est reconnaître la dignité de l‘’autre. Le comportement des hommes les uns envers les autres doit être conforme à la dignité. C’’est ce qu’’exprime la règle d’’or : « ne fais pas à autrui ce que tu n’’aimerais pas que l’’on te fasse ». Règle à laquelle la foi chrétienne ajoute une injonction positive : « Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le pour eux pareillement. »(Lc 6.31).
Pour le chrétien, Dieu est à l’’origine de cette dignité, Lui qui « a créé l’’Homme à Son image ». Dieu fait alliance avec l’’Homme, pour qu’’à son tour l’’Homme crée.
Que l’’on soit croyant ou non, la dignité de la personne humaine finalement est « Ce qui est au dessus de tout prix et n’’admet nul équivalent, n’’ayant pas une valeur relative mais absolue ». Elle a pour conséquence éthique qu’’il faut «Agir de telle sorte que tu traites l’’humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme une fin, et jamais seulement comme un moyen ». E.KANT, *Fondements de la métaphysique des moeurs*, deuxième section,1785

Savoir plus Ouvrages
Th. de Koninck De La Dignité Humaine 1995 

Catéchisme de l’’Eglise Catholique – chap.1    

Encycliques: Concile Vatican II,Gaudium et spes, Dignitatis humanae Jean-Paul II, Dignitatis mulieres, 7

 

Dignité de la personne humaine

Quel point commun entre le premier article de la Déclaration des Droits de l’’Homme de l’’ONU, le commerce équitable, les questions autour du début et la fin de vie et le code du travail ? Tous ces sujets se réfèrent à la dignité de la personne humaine. …Sans jamais définir ce qu’elle est !
Pilier central de la Pensée Sociale de l’’Eglise, la dignité est une valeur à la fois singulière et universelle, dont le respect a des conséquences sur l’’organisation d'’une société.

La Dignité, de quoi s’’agit-il ?

Le principe de dignité est basé sur le droit naturel (loi non écrite). En effet, au sens strict, il n’’existe pas de droit écrit sur la dignité. On peut dire que ce principe résume l’’ensemble des droits fondamentaux de l’’Homme : liberté de disposer de lui-même, liberté d’’expression, liberté d’’opinion. Ces droits incitent à bâtir un Etat de droit et à promouvoir la liberté, la justice et la démocratie.

Exemple ?

Respecter la dignité aujourd’hui en France c’’est par exemple s’’assurer que les prisonniers sont bien traités : qu’’ils conservent l’’ensemble de leurs droits -à l’’exception de la liberté-, pendant l’’exécution de leur peine. Respecter la dignité, c’’est aussi éviter toute discrimination entre les hommes pour des raisons d’’origine, de race, de sexe, de culture, de condition sociale ou de richesse.

Dignité et démocratie ?

La dignité ne se limite pas au respect entre deux personnes.
Elle concerne aussi le respect entre les peuples. Elle a des conséquences sur l’’organisation et la gestion d’’une société. En respectant l’’expression de chacun et en donnant à chacun le même poids dans le processus de vote, la démocratie dans un Etat de droit apparaît comme le régime politique qui promeut et respecte le mieux la dignité de chacun.


Pensée Sociale et Dignité

A l’occasion des Jeudis de Carême, l’Antenne a invité Bruno Marie DUFFE, vicaire épiscopal, à introduire l’assemblée aux principes de la Pensée Sociale Chrétienne, et au premier d’entre eux, la Dignité de la personne humaine.

Téléchargez cet exposé (MP3 13 Mo) :

https://soundcloud.com/user-628271425/bmduffe20150305expose